Instituto de Historia Eclesiástica Isabel la Católica

Biografía

ISABELLE LA CATHOLIQUE - FRANCÉS

26 de noviembre de 2011


Pour comprendre Isabelle (1451-1504), il convient de se situer au cœur de l’ensemble des valeurs qu’au XVIème siècle elle a cultivées et promues dans sa vie et son œuvre, et qui sont très différentes de celles de ce XXIème siècle.

Elle a brillé avec la dignité exquise de sa féminité distinguée : femme cultivée, de bon conseil, simple austère, prudente, juste et impartiale, charitable, honnête, vertueuse, délicate, élégante, catholique !

Partant d’une situation de décadence et dissolution du peuple et de ses dirigeants, elle a commencé un chemin de splendeur qui a culminé au « siècle d’or « espagnol, dans l’ouverture d’un continent à la civilisation et la culture gréco-romaine-européenne et dans plus de vingt nations qui aujourd’hui prient le Notre Père en Espagnol.

A-T’ELLE USURPÉ LE TRÔNE ? Ségovie. 13-XII-1474.

Il est fort douteux que Jeanne (la « Beltraneja » soit la fille du roi ; mais même si cela était le cas, la « fille de la reine » (ainsi la nommait Isabelle) était fille illégitime, car il n’existe pas de trace documentaire de l’exécution de l’empêchement du mariage de ses parents Henri IV et Jeanne du Portugal, qui étaient cousins. A Guisando, c’est Isabelle qui est déclarée héritière légitime devant le Légat du Pape.

SON MARIAGE. Valladolid, 19-X-1469

Ferdinand et Isabelle étaient également cousins. A causes de certains intérêts de Paul II, la dispense fut concédée personnellement par le Légat du Pape, selon le fort interne, et l’on simula publiquement une bulle de cette dispense jusqu’à obtenir l’authentique de Sixte IV.

INQUISITION. 1480

Ce n’est pas une invention espagnole. Elle est d’origine française (1231) du temps de Saint Louis IX contre les albigeois. Isabelle s’opposa durant deux ans à son implantation, après d’autres moyens, contre les excès des juifs convers. La Légende Noire antiespagnole a exagéré et calomnié l’action de ce tribunal.

GRENADE 2 janvier 1492

Isabelle fut décisive pour la libération du règne de Grenade de la domination musulmane. Ainsi culminait la reconquête de l’Espagne des Visigoths envahie par les arabes au VIIIème siècle. La reine reçut la félicitation, entre autres, du pape Innocent VIII et de l’Université de Paris.

AMÉRIQUE 12-X-1492

Lorsque le projet de Colon est rejeté par les experts comme irréalisable, Isabelle l’accueille, l’aide, accorde avec lui les capitulations et arme les caravelles du premier voyage… Motif : « Notre principale intention fut… tâcher d’induire et d’amener les peuples (de ces terres) et de les convertir à notre sainte foi catholique et d’envoyer… des prélats et des religieux et des prêtres et d’autres personnes, doctes et craignant Dieu pour instruire leurs voisins et leurs habitants dans la foi catholique et leur enseigner les bonnes coutumes en y mettant tout le zèle requis ». (Codicile). Ce fut chose faite dès le deuxième voyage de Colon (sept. 1493). En 1495, la Reine rend à l’Amérique, en les libérant à ses frais, les esclaves rapportés et vendus par Colon à Séville et ordonne à l’Amiral, 50 ans avant le « droit des gens » du Père Vitoria, « Il ne faut pas rapporter d’esclaves » et aux Gouverneurs qu’ils traitent bien les natifs et « encouragent les indiens a qu’ils fréquentent et conversent avec les chrétiens »… c’est là le métissage qui caractérise la colonisation espagnole qui ajoute de nouvelles provinces, non des colonies, à la Couronne.

LES JUIFS mars 1492

Isabelle n’a jamais été antisémite ; ses médecins personnels et de hauts responsables de l’administration de la cour étaient juifs. Ce ne fut pas la seule, qui pour des raisons d’État, décréta leur expulsion. Le IVème Concile du Latran, en 1215, avait déclaré qu’il convenait de les séparer des chrétiens, et c’est ce qu’avaient déjà fait (avec des détails d’une grande cruauté) l’Angleterre, la France (rappelons les insultes du Talmud envers les chrétiens), Naples, les Principautés allemandes, l’Italie… En 1492, l’Espagne était pour eux un lieu de refuge mais aussi de graves problèmes de troubles de l’ordre et de vie en commun. L’Eglise fit pression sur la reine, dont le désir était leur conversion la défense de la foi, obéir à l’Église. La « suppression du permis de résidence des juifs en Castille et León », douloureuse, fut réalisée de la part de la Reine, avec des normes humaines…

« Pure dans la foi. Entière dans la chasteté, Profonde dans son conseil. Forte dans la constance. Constante dans la justice. Emplie de royale clémence, humilité et grâce »(R. de Santaella, Séville, 1495).

SAINTETÉ ?

Le comportement profondément chrétien d’Isabelle, sa renommée de sainteté de son vivant, son amour de l’Église, son effort pour l’Évangélisation des peuples découverts par Colon, les multiples demandes, surtout après le quatrième centenaire de sa mort, de la part de particuliers, associations, congrès, évêchés… ont décidé l’Archevêque de Valladolid (Espagne) à initier le procès de canonisation de la Reine Catholique. À l’heure actuelle, il suit son cours à Rome en attendant que l’Église se prononce quant à l’héroïcité de ses vertus.

RÉFÉRENCES : www.reinacatolica.org

www.capillarealgranada.com